Un défi de taille pour les professionnels de la musique

Le monde est rempli de chansons d’amour et de deuil, mais peu de deuils laissent une blessure aussi profonde au sein de la communauté musicale que la perte d’un(e) artiste ou d’un(e) ami(e) qui souffre de dépendance ou d’abus de substance.

Il y a beaucoup d’idées reçues sur la prédisposition aux dépendances des personnes créatives, mais les facteurs physiologiques, psychologiques et sociaux sous-jacents à la dépendance sont bien complexes. Néanmoins, une carrière dans l’industrie de la musique présente des sources de stress particulières. En effet, les heures de travail irrégulières et le déplacement fréquent peuvent facilement nous faire développer des habitudes problématiques de consommation d’alcool ou de drogues qui ne perturberont pas forcément notre vie quotidienne de manière évidente. De plus, puisque le milieu professionnel de la musique est souvent entouré de festivités – le party fait partie du travail – ce n’est pas toujours facile de se rendre compte des effets néfastes de son mode de vie; on a simplement l’impression de faire comme tout le monde.

C’est peut-être cliché, mais c’est vrai. Après tout, la première étape est d’admettre que l’on a un problème. Si vos proches s’inquiètent à propos de votre consommation, c’est à prendre au sérieux. Cependant, vous seul pouvez décider que vous avez besoin de changer.

Il n’y a pas d’approche universelle pour vaincre la dépendance; les traitements varient d’une personne à l’autre. Parler à un médecin est un bon point de départ. Vous pouvez également appeler notre ligne d’aide en santé mentale, gratuite et confidentielle, afin d’en apprendre davantage sur les différents outils et programmes mis à votre disposition par Unison.

Harvard Health Publication propose ces trois questions comme point de départ. Si vous répondez « oui » à l’une d’entre elles, vous auriez avantage à parler à un professionnel de la santé pour une évaluation plus approfondie ou pour recevoir de l’aide.

  1. Consommez-vous davantage de cette substance ou posez-vous plus souvent de ce geste que dans le passé?
  2. Êtes-vous dans un état de manque lorsque vous ne consommez pas ou que vous ne posez pas ce geste?
  3. Avez-vous déjà menti à quelqu’un au sujet de votre consommation ou sur l’ampleur de votre comportement?

Nous pouvons combattre la stigmatisation ensemble et rejeter le mythe du poète maudit

Afin de soutenir notre communauté du mieux que nous, nous devons combattre l’idée contreproductive que la dépendance et la souffrance sont les signes extérieurs du génie musical. Personne ne souhaite souffrir de dépendance, mais cette idée reçue perdure malgré tout.

En tant qu’hôte, ami, membre de groupe ou admirateur, souvenez-vous de toujours respecter les limites des autres, et remerciez l’individu plutôt que ses souffrances pour sa musique.

 

Vous avez d’autres questions? Consultez notre Foire aux questions et nos modalités d’inscription – ou bien décrochez tout simplement le téléphone et appelez la ligne d’aide au 1-855-9UNISON (1-855-986-4766)

Les programmes d’Unison sont gratuits et entièrement confidentiels.

Tous les services sont fournis par Shepell.fgi
Accédez à plus de 700 articles d’experts en santé et bien-être www.workhealthlife.com

Les commentaires sont fermés.